La mano negra

10.99

On parle très souvent de l’argent généré par l’activité footballistique, ainsi que des agents les plus médiatisés (Jorge Mendes ou Mino Raiola), mais très rarement des pionniers et créateurs du système et de cette économie presque parallèle. TPO, triangulation, droits d’image, détenteurs de club à travers le monde, hommes connectant politiciens, dirigeants de club et industriels, il existe une poignée d’entremetteurs au milieu de ces carrefours. En somme, la définition du « super-agent », concept du sociologue italien Pippo Russo.

Depuis le Chess Master, Juan Figer, l’agent le plus important de l’histoire, à Mister Fix-It, Pini Zahavi – l’un des hommes ayant permis le renouveau des relations diplomatiques entre l’URSS et Israël selon ses propres dires -, en passant par une flopée d’oligarques issues de l’Union Soviétique et ayant investi massivement dans le Beautiful Game, La Mano Negra est un croisement de politique, criminel, géopolitique, transferts de joueurs, soirées dans des casinos privés, espionnage, suicide et meurtre laissant circonspect Scotland Yard…

Catégorie :

Description

Jamais un petit livre n’a mieux décrit la raison d’être du football moderne. Son business, ses prédateurs, ses fables, ses légendes, sa déshumanisation, son storytelling permanent. […] Romain Molina via La Mano Negra nous accroche avec de grandes et de petites histoires. — Denis Robert

Espionnage, politique, géopolitique, blanchiment, corruption, valises de billets, super-agents : le beautiful game n’est plus un jeu, mais une industrie.

Et comme toute industrie, elle attire des hommes de l’ombre et suscite ses propres déviances, aussi créatives que troubles. De Pini Zahavi, “l’homme le plus puissant du football mondial”, à Juan Figer, le doyen des agents mondiaux, en passant par Kia Joorabchian, La Mano Negra dresse le portrait de ces hommes qui ne se contentent plus d’accompagner les transferts, les clubs et les joueurs, mais redessinent la carte du football mondial au gré de leurs intérêts et de ceux de leurs amis.

Dans un livre brûlant, rythmé comme un thriller et s’appuyant sur des documents explosifs et inédits tels que le contrat de Neymar, Romain Molina nous entraîne de la Russie à l’Amérique du Sud via Gibraltar, Israël et l’Albanie, entre oligarques et services secrets, faux transferts et vraies commissions, fonds d’investissement et paradis fiscaux, “agents d’or” brésiliens et plaque tournante uruguayenne, cocktails empoisonnés et accidents d’hélicoptère, charters de prostituées et rails de cocaïne.

Bienvenue dans le monde fascinant de La Mano Negra. Mais attention : vous ne regarderez plus jamais le football de la même façon.

Informations complémentaires

Auteur

Préface

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La mano negra”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *